Ce que cachent les préliminaires

La rubrique Info propose des articles de fond avec des angles originaux sur des sujets en lien avec les violences, la sexualité et le consentement.

Ces articles offrent une base de réflexion sur ces thématiques.

Ce que cachent les préliminaires

Ah, les préliminaires... Ce concept apparu au milieu des années 1980, avec pour mission de rallonger le temps entre le début du rapport sexuel et la pénétration... Enfin, les femmes seraient prises en compte dans leur sexualité et se verraient octroyer le droit de jouir, comme les hommes. Euh, vraiment ?

preliminaires

 

Préparer, recevoir, accueillir

Initialement, l’intention était plutôt louable. Il ne s’agirait plus pour les hommes de commencer un rapport sexuel en pénétrant, mais de prendre du temps, de « préparer » la femme à « recevoir » leur phallus afin qu’elle ne souffre pas et que son vagin soit prêt à l’« accueillir ». Quoi de plus noble ?

Soucieux de bien faire, certains hommes ont essayé de se détacher des comportements patriarcaux hérités de leurs pères et tenté de suivre les préconisations à la lettre. Finis les rapports sexuels qui commencent par la pénétration. Désormais, on temporise, on s’émoustille, on se caresse, on s’excite, sans aller jusqu’à l’orgasme.

En partant du principe que la pénétration peut être différée, on modifie le rapport à l’acte sexuel. Par « acte sexuel », on entend l’acte sexuel en général, celui dont les comportements, les réflexes, sont les plus communément répandus et les plus profondément inscrits.

Seulement, ce qui est dit en filigrane, c’est que pour qu’il y ait rapports sexuels, il faut qu’il y ait pénétration et pour qu’il y ait rapports sexuels satisfaisants, il faut qu’il y ait pénétration et orgasme. Et c’est un problème. Un double problème.

Pénétrer, l’acte sexuel suprême

Préliminaires, définition : « ce qui prépare un acte à un événement plus important. »

Ce postulat porte un double sens : les préliminaires seraient moins importants que la pénétration et des préliminaires non suivis de pénétration seraient un rapport inabouti. Cela induit que les prélis (comme disent les jeunes) ne sont pas compris DANS l’acte sexuel et qu’il n’y aurait pas d’acte sexuel sans pénétration.

Pour lire la suite vous pouvez acheter cet article ou vous abonner
Prix: 1,00 €